Spécialiste de l'immobilier en Normandie
20 Fév

Le prix des appartements en baisse de près de 7 % sur un an à Saint-Lô selon les notaires

Les notaires de France publiaient le mois dernier  leur dernière note de conjoncture trimestrielle. L’occasion de connaître  la tendance  sur la fluctuation des prix et du nombre de transactions dans l’hexagone à la fin du 3e trimestre 2013. Premier constat,  les prix des logements anciens en France continuent de baisser. Sur un an, ils diminuent de 1,7% avec notamment une baisse de  1,3% pour les appartements anciens  et un recul de  2 % pour les maisons, selon l’indice Notaires-INSEE publié le 16 janvier dernier. Côté volume, le nombre de transactions réalisées au cours des douze derniers mois en France métropolitaine est estimé à 689 000 par le Conseil Général de l’Environnement et du Développement durable. Un autre constat, il est en baisse de 6% sur un an et de plus de 16% sur deux ans, mais en hausse de 5% depuis janvier.

À Saint-Lô, pour les appartements anciens, le prix du m2 se négociait à 1 150  € à l’avant-dernier trimestre de  2013. La tendance dans la commune de la Manche est à la baisse, avec un recul de 6,95  % sur un an. Par ailleurs, le prix moyen de vente du m2 pour les appartements neufs dans la région de Basse-Normandie s’inscrivait au 3e trimestre 2013 à 3 886 euros, en baisse de 4 %  toujours sur un an. Finalement, pour les maisons anciennes toujours au troisième trimestre de 2013, à Saint-Lô le prix médian s’affichait à 125 500 euros en baisse de 3,8 % sur un an.

Quelles sont les perspectives du marché immobilier à Saint-Lô et sur l’ensemble du territoire français, d’après les notaires  ? Les données nationales sur les ventes de logements montrent qu’il existe plusieurs dynamiques de marché sur notre territoire. En effet, l’activité sur les biens à « petits prix » reste soutenue. Néanmoins, le niveau de prix de ces transactions est hétérogène au sein même d’un département : il peut varier de moins de 100 000 euros pour une maison à rénover intégralement à 150 000 euros environ pour une maison à réhabiliter. En revanche, pour l’ensemble des métropoles régionales, nous constatons que les biens haut de gamme trouvent difficilement preneur ce qui entraîne l’allongement de la durée de mise en vente.

R.Y. / BazikPress © Olivier Rault – Fotolia.com

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée